languageHomecontacthelpsearchcanada
 
CE QUI M'INTÉRESSE... 
   Démarrage de mon entreprise
   L'expansion de mon entreprise
   Modernisation de mon entreprise
   Développer ma collectivité
   SECB
SECTEURS CLÉS D'ACTIVITÉ
DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL 
   Aperçu
   Information sur les programmes
   Formulaires
   Réussites
   Multimédia
DÉVELOPPEMENT DES COLLECTIVITÉS 
   Aperçu
   Information sur les programmes
   Formulaires
   Réussites
   Multimédia
GÉRANCE ENVIRONMENTALE 
   Aperçu
   Programme de fermature des emplacements - Mise à jour
   Gestion des eaux d’exhaure
   Réussites
   Multimédia
AMÉNAGEMENT IMMOBILIER 
   Aperçu
   Évaluation environnementale
   Réussites
   Listes de biens immobiliers
   Multimédia
COMMUNIQUÉS & AVIS AUX MÉDIAS 
   2014
   2013
   2012
   2011
   2010
   2009
PUBLICATIONS 
   Rapport annuel
   Sommaire de plans d’entreprise
   Examens spéciaux
RESPONSABILISATION 
   Accès à l'information et protection des renseignements personnels
   Demandes d'accès à l'information complétées
   Divulgation proactive
   Assemblée publique
   Rapport financier trimestriel
SECTEUR RÉSERVÉ AUX MEMBRES 
   Personnel
 

Contenu archivé
A compter du 19 juin 2014, les activités de la Société d’expansion du Cap-Breton ont été transférées à l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Le contenu sur ce site Web a été archivé à des fins de référence, de recherche et de tenue de documents.
 
Ces pages Web archivées ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Pour plus de renseignements sur le matériel archivé, veuillez visiter Bibliothèque et Archives Canada.
 
Veuillez vous référer à l’agence/ministère approprié du gouvernement du Canada pour des informations actualisées :

Gèrance environmentale


Gestion des eaux d’exhaure

Les charbonnages à l’Île du Cap-Breton ont commencé il y a 300 ans; cette industrie a joué un rôle capital dans la croissance économique de la région, en procurant de l’emploi à des générations de Cap-Bretonais. Comme conséquence de ces opérations minières, il existe désormais un immense réseau de tunnels abandonnés, de Point Aconi à Donkin, s’étirant profondément sous le fond océanique, au large des côtes du Cap-Breton.

Lorsque l’exploitation minière prend fin, les houillères se remplissent d’eaux souterraines. Toute cette eau qui entre en contact avec le front de taille s’expose aux minéraux sulfurés (de la pyrite, entre autres) contenus dans le charbon qui subsiste. Des réactions chimiques ont lieu : la pyrite se dissout, des métaux (fer, manganèse, aluminium) se libèrent, ce qui cause de l’acidité (faible pH). Lorsque l’eau de mine remonte en surface, elle subit une réaction chimique rendant les métaux visibles, et prend alors une teinte cuivrée.

On a recensé vingt-six (26) points de déversement d’eaux d’exhaure dans le Bassin houiller de Sydney, dont seize (16) se trouvent sur des terrains de la Société. Le programme de gestion des eaux d’exhaure de la SECB se concentre sur trois districts majeurs du Bassin de Sydney, les plus susceptibles de provoquer des rejets délétères dans l’environnement. Le programme porte ensuite sur les autres déversements qui se produisent sur des sites remédiés, avec des effets moindres sur l’environnement. 


Les trois gisements majeurs du Bassin houiller de Sydney sont les suivants :



Le gisement 1B

Ce gisement se trouve sous les localités de Glace Bay, de Reserve Mines et de Dominion. Il consiste en dix (10) mines de charbon abandonnées et communicantes, soit : les houillères nos 1A, 1B, 2, 5, 9, 10, 20, 26, Lingan et Phalen. L’ensemble renferme plus de 20 milliards de gallons d’eaux d’exhaure. L’inondation du gisement 1B a débuté en 1985 avec la fermeture de la houillère no 26 et l’arrêt des pompes dans le puits de mine 1B à Glace Bay. L’inondation des mines du gisement 1B a pris fin en avril 2003, avec l’atteinte d’une position d’équilibre de 18 pieds en dessous du niveau de la mer. Tout dépendant du temps de l’année et des précipitations, le gisement 1B produit entre 450 et 7 000 gallons américains par minute (1 g = 3,785 litres). Le niveau d’eau d’exhaure est contrôlé au moyen d’un système de traitement passif entièrement automatisé, situé rue Neville à Reserve Mines (voir la photo ci-jointe). À cet emplacement, des puits forés interceptent chaque année environ 1,1 milliard de gallons américains d’eaux d’infiltration alcalines proches de la surface; l’eau captée est pompée vers la surface pour être traitée et finalement déversée dans le ruisseau Cadegan.


Le gisement Sydney Mines (SMMP)

Le gisement Sydney Mines se situe sous les localités de Sydney Mines et de Florence. Il comprend trois (3) houillères abandonnées et communicantes, c.-à-d. les houillères Queen, Florence et Princess, contenant plus de 10 milliards de gallons d’eaux d’exhaure. 

L’inondation du gisement SMMP a débuté en 1976 avec la fermeture de la houillère Princess. Le niveau des eaux de mine pour ce gisement est à 256 pieds au-dessus du niveau de la mer. Les eaux circulent à raison de 200 gal/min. On prévoit (s’il n’y a aucune intervention) des déversements d’eaux d’exhaure chargées d’acide d’ici février 2013.



Le gisement New Waterford (NWMP)

Le gisement New Waterford se trouve sous les localités de New Waterford et de New Victoria. Il consiste en six (6) houillères abandonnées et communicantes, les nos 12, 14, 16, 17 et 18 (Havre et Phalen), qui renferment plus de 12 milliards de gallons d’eaux d’exhaure.

L’inondation du gisement NWMP a débuté en 1962 avec la fermeture de la houillère no 16. Le niveau des eaux de mine pour ce gisement est actuellement de 128 pieds en dessous du niveau de la mer. Les eaux y circulent à raison de 250 gal/min. On prévoit (s’il n’y a aucune intervention) des déversements d’eaux d’exhaure acidifiées d’ici juillet 2012.



L’usine d’épuration de New Victoria

La SECB est en train de construire une usine de traitement des eaux d’exhaure à New Victoria (N.-É.) afin de traiter les eaux d’exhaure en provenance de neuf (9) houillères des gisements Sydney Mines et New Waterford, avant qu’elles n’atteignent la surface. Le système de traitement actif fait appel à des procédés mécaniques et à l’ajout de chaux pour retirer les métaux et obtenir des niveaux de pH acceptables. Ensuite, un traitement passif consiste à faire circuler les eaux traitées à travers un bassin de décantation et un marais artificiel. Finalement, les eaux assainies vont s’écouler dans la mer.  

L’usine de New Victoria, construite au coût de 12,5 millions de dollars, devrait entrer en fonctions d’ici juillet 2012. Elle aura la capacité de traiter un millier de gallons d’eau d’exhaure à la minute. 


 
Canada Search Help Home French